On ne se rend pas bien compte de l’humidité et de la fraicheur qui regne dans la cité de Triges. La pierre d’Elune apporte certes, de la lumière, mais elle n’apporte aucune chaleur et c’est seulement dans le quartier du port et dans les abords du quartier administratif que l’on se sent au sec.

Tâh pensait encore à l’ouverture de la porte et à la relative vitesse de leur dernière expédition. Tout était allé si vite, et le petit groupe de corbeaux avait perdu en quelques heures, deux mages d’experience ; Osgedor, tout d’abord, un puissant mage Acrilin, spécialisé malgré lui dans l’altération de la matière et du temps. Osgedor était un personnage agréable, un bon compagnon, et il fallait trouver une solution pour le rappeler à la vie. Septentris, quant à lui, avait perdu la tête. Perturbé par des voix, il avait peu à peu compromis son propre travail sur la maladie des quartiers maudits de Triges, et avait abusé de la milice Tchan. Cette dernière, plutôt impulsive, le lui avait rendu avec quelques carreaux plantés dans le visage… Mais il méritait d’être lui aussi, rappelé à la vie. La milice Tchan se mourrait, sans le remède de Septentris, elle dépérissait à vue ; d’ici quelques heures il n’en resterait que poussière au mieux.

Tâh se décida à aller fouiller dans les recherches de Septentris, dans son laboratoire. Il était désert à présent, et devait surement cacher un travail documenté. Il se dirigea vers la tour du mage, longue, fine, lugubre bâtiment qui touchait le plafond de la grotte. L’endroit était magique, assurément. Le sol, presque lisse, autour de la tour, lui donnait des airs encore plus terrifiants. Discrètement il  monta les marches et rapidement il mit la main sur le carnet du magicien. Le livre était bien écris, détaillé. Il semblait que le remède pourrait être préparé à partir de l’ouvrage, mais quelque chose clochait.
Septentris avait bien commencé par écrire comme un magicien relate ses expériences, mais à mesure que les pages défilaient, Tâh remarqua que la mage se parlait à lui-même. Le livre était la preuve du basculement dans la folie de Septentris. Pire, il semblait en être le témoin. Pensant à un livre démoniaque, Tâh le referma. Ce fut une bonne idée, car au même moment, il y eut du bruit dans l’escalier. Quelqu’un tentait maladroitement de rester discret.
Notre petit homme se jeta par la fenêtre. Un peu rapidement d’ailleurs, car il se rattrapa au rebord de justesse, et fît tomber quelques cailloux. Une silhouette se présenta à la fenêtre. C’était une belle femme rousse. Elle semblait amicale, et tendit la main à Tâh tout en se présentant.

« Bonjour, je suis Maggy Azanyr, directrice de l’université. Je suis venue pour rencontrer Septentris car il semblait avoir besoin de mes services au sujet du mal qui règne sur notre ville. »

Tâh lui expliqua brièvement comment Septentris disparut  tragiquement, puis il la laissa dans le laboratoire. Il était intrigué par cette tour, et la grotte l’accueillant. Il entreprit de fouiller les environs et trouva 4 amulettes enterrées aux quatre points cardinaux.
Il récupéra la première qui suintait un peu, puis la seconde, et sentie un léger courant d’air. En prenant la troisième, le sol se mit à trembler. La magicienne rejoignit Tâh à ce moment. Il lui demanda à quoi servaient ces amulettes, et s’il y avait un danger à les récupérer. La magicienne lui répondit que tout dépendait de l’incantation originale. Elle lui dit également que les 4 pierres servaient à isoler magiquement, sans plus de précision ; elle ne s’attendait pas à ce qu’un petit roublard y entende quelque chose.
 Ils discutèrent un peu pour éprouver la confiance qu’ils pouvaient avoir l’un envers l’autre. Grace à un sortilège, Maggy Azanyr comprit que Tha était bon, elle comprit même ce qu’il faisait ici, et trouva son combat noble. Elle avait cependant déjà dénoncé la fine équipe aux autorités, lorsqu’elle avait retrouvé le corps de son ami Osgedor. Il fallait qu’elle l’annonce aux corbeaux.
Thâ prit ensuite la quatrième pierre, et la grotte s’effondra sur eux, dans un fracas de roches et de feux magiques. La magicienne eut à peine le temps de les protéger.

Dans la loge de Septentris, les compagnons corbeaux, Kendal et Zim laden se reposait de leur combat face aux Negaths. La milice Tchan veillait sur eux. C’est alors que le sol se mit à trembler, un pan entier de la grotte s’effondra sur la maison, réduisant en poussière plusieurs des pièces de la loge de Septentris et manquant de tuer tout le monde. Dans ce chaos, la maquette du sorcier fou disparut sous les décombres.

Lorsque Tâh et Maggy revinrent 

 à la loge, tout le monde était couvert de boue et de poussière.

Maggy contacta également Fdack et Radwin, et se déguisa en marin pour  tromper Arkhar et le pousser à accepter d’escorter l’enchanteresse jusqu’à la partie maudite de Triges. Arkhar avait réussi en à peine quelques jours, à se faire des amis dans la fosse aux bêtes. La fosse était un lieu de débauche, ou tous les marins pariaient sur des combats brutaux. Avec sa force et son analyse récente du pugilat, durement apprise auprès des DrunDom, il s’était déjà taillé une belle réputation à Triges.

Toute la troupe fut réunie dans la loge de la milice Tchan, et celle-ci les laissa respectueusement faire ses retrouvailles.

On fit rapidement les présentations, et tous les corbeaux se prêtèrent au sondage de Maggy pour se révéler un peu à elle. En comprenant qu’ils étaient tous bons, elle les  informa qu’Osgedor était avec Agadelle. Elle leur dit aussi que, c’était par sa faute si les moines sang avaient fait emprisonner  quelques membres de la troupe des corbeaux. Une méprise qu’elle promit de rattraper en les menant à l’université pour produire le remède pour la milice et en emmenant plus tard, le mage Septentris chez les mages du Rexcan.
Mais, la petite troupe avait besoin de comprendre :
Qui était véritablement Maggy Azanyr ? Que faisait elle à Triges sous différentes identités ? Qu’avait-elle comme intérêt à les réunir ? Pourquoi les avoir aidés, dès leur première rencontre, dans la peau de Satril ? Autant de questions qui trouvèrent une réponse simple :

Maggy était un envoyé du Dragon d’airain, au même titre qu’Oslo Orin Minh, qui devait être un genre de supérieur. Elle leur expliqua qu’elle compromettait les plans d’Urfan Degara et des mages du Rexcan depuis quelques mois, et qu’elle avait caché le baton de puissance pour qu’il ne l’obtienne pas.
L’ouverture de la porte avait accéléré les choses et le dragon avait parlé à ses envoyés. Elle devait à présent  réunir les corbeaux, et attendre Oslo qui en savait  plus.

Fdack accompagna Maggy pour rencontrer le maitre herboriste de l’université et suivre de près, la mixture qu’il allait faire. En vérité, il était le seul à comprendre le langage alambiqué de Septentris, et fit la lecture au professeur. Zim, quant à lui en profita pour se réapprovisionné en potions et herbes en tout genre. Kendal n’était pas au mieux de sa forme et se décida, après quelques onguents passé sur ses blessures, à dormir encore un peu…

La petite troupe profita de la pause pour explorer les souterrains de Triges. Il en ressorti que Tha était un bien piètre guide et que Zim s’en amusait pleinement. L’exploration leur appris que Triges cachait encore bien des mystères dans ses profondeurs, comme le porte vers les royaumes Illithids et quelques donjons nauséabonds.

Zim se proposa d’accompagner Maggy et Ector qui transportait Septentris, jusqu’à Algadelle. Le nain connaitrait ainsi le chemin pour transiter depuis les quartiers des mages du Rexcan, jusqu’à la loge de la milice Tchan.

Au bout de quelques heures, tout le monde était d’aplomb, Orin fit un bref compte rendu à la troupe et un plan commença à germer dans les têtes de nos fiers corbeaux : Ils allaient entrer dans le puits pour récuperer un livre maudit : l’esprit des errants, une relique capable de créer des drakonians certes, mais aussi de leur redonner leur âme de dragon, et d’inverser le processus de transformation.

Osgedor était revenu à la vie, plus aventureux et motivé que jamais, et tous les mages allaient travailler à la création d’objets qui les aideraient à braver les dangers inconnus de l’autre côté du puits. Le temps de la préparation de ces objets magiques, la troupe du en découdre avec la relève de la garde moine sang.

Puis, la troupe s’agrandit de nouveaux membres talentueux :  Ector samurai de la milice Tchan, Fuyu, le maitre des ombres, le grand altérateur Osgedor, le maitre illusionniste Seyrin, et l’envoyé de dragon Orin.
De quoi faire pâlir une dracoliche, et son nécromant de mari ?

Mais avant de franchir le pas, et d'entrer en territoire inconnu, les corbeaux avaient rendez-vous avec le maitre du diplomate Oslo Orin Minh, une gigantesque créature d'intelligence,de griffes et d'écailles, le hérault Gelemniros. Ce dragon d'airain avait la cote dans tous les ouvrages relatant les plus grandes histoires de dragons sur Daoust. Tâh et Fdack, nos deux rats de bibliothèques en étaient bien conscients.