Triges réunie le grand canal, et le grand fleuve du sud jusqu’à l’embouchure. De nombreuses petites embarcation transfèrent leurs chargements sur de plus gros navires qui remontent ensuite le fleuve jusqu’aux cités de Len comme Astarrath, Myreyin ou Lênmaha

La ville se compose de plusieurs quartiers, divisés en deux principales zones : le quartier troglodyte et le quartier portuaire

La zone portuaire

Cette zone regroupe le port, le quartier administratif de Len, le quartier des guildes, le soubrac, et le quartier des diplomates

Quartier administratif

C’est le quartier qui accueille aujourd’hui les représentants de la théocratie, et des autres pays. Les bâtiments sont souvent vides car la ville se gère par elle-même. Il y a cependant un corps de l’armée théocrate, les moines sang, ceux-là même qui surveillent les quartiers infestés et la frontière avec les pestiférés. C'est le quartier ou demeurent les principaux mages du Rexcan, à la recherche des secrets magiques de cette cité.
Le théocrate de Triges est Quang Aminh, un politicien qui désire plus que tout, garder le calme à Triges.

L’administration n’intervient que lors des transactions importantes concernant les viandes, les farines, et indirectement (par le biais du bureau de Tao Cheng), la mélane.

Quartier des guildes

Vaste zones marchande d’enchère et de transaction qui regroupe plus d’une cinquantaine de guildes. Chaque guilde doit disposer d’une porte, d’une pièce pour recevoir les marchands et d’un bureau pour entretenir le commerce. Chaque guilde est garante de la taxe associée aux marchandises dont elle est responsable. Les principaux bureaux et guildes sont :

La confédération Auroch : Abatage et Transport des animaux

Le bureau  Tao Cheng : Contrôle des vins et spiritueux

La guilde des bâtisseurs : Importation et transport du sable d’élune.

Les Kao Ursok : Elevage de l’Ursok, abattoirs, transport et contrôle des navires.

La guilde des manats : Commerce de farines de blé et farine de riz. Guilde dépendante de hauts théocrates.

Confrérie ondine : Contrôleur des bateaux à l’arrivée au port, garant du bien-être des marins, et juge des disputes et altercations sur le quartier du port ou entre capitaines.

Soubrac

Quartier diffus situé entre celui des manats, le port et le quartier des guildes. Ce quartier n’a pas vraiment de limite et semble être tentaculaire. De nombreuses galeries viennent complexifier le tout. C’est un ensemble de taverne, de lupanars plus ou moins respectables, et de taudis portant le doux nom de brasseries. On y boit, on y fume, on s’y baigne, entre air brassé très lourdement, eaux saumâtres, et mélanges d’algues et de parfums.

Soubrac n’a pas la réputation des grandes villes, et n’y tient pas. C’est le quartier ou tout est possible ; où les grands qui osent se montrer, côtoient les plus belles comme les plus étranges pratiques. L’ordre est maintenu par de nombreux gardes du corps et la milice Tchan.

C’est le seul quartier ou l’on peut consommer (presque impunément) de la Mélane.

Le port

C’est la zone la plus vivante de Triges, celle qui donne vie à la cité. Elle grouille comme un tas de viandes offertes à la putréfaction. C’est une zone semble être de "non droit" mais ce n’est pas le cas ; Tout y est bien ordonné. Chaque bateau est contrôlé à son arrivée par la confrérie ondine ; les documents sont visés et signés par le consortium. Certains capitaines ou certains marchands disposent de permis pour viser certaines marchandise. "Viser" est le terme utilisé pour controler à bord la quantité et le type de marchandise, et en définir la valeur.

Le port peut accueillir jusqu'à 150 navires à quai, mais en accueille jusqu'à cinq fois plus, la plupart du temps.

Quartier des diplomates

Ancien quartier ou le grand luxe régnait. Ce quartier était la fierté des habitants natifs de Triges ; il n’est plus que l’ombre de lui-même, abandonné à la peste par les citadins. La milice de Tchan en avait la garde. Nombre de soldat sont resté emprisonnés dans ce quartier, laissés pour mort.

La zone troglodyte

Cette zone regroupe, le quartier de Chîm (habitation, sous-commerces et marché noir), Le quartier des pestes ou quartier de Quong, et le quartier universitaire de Len Nam. Cette zone accueille aussi une vaste zone, nommée le Nueng, ensemble de couloirs et de grottes habités par les reclus et les malades évadés du Quong.

Le quartier de Chîm

Ce quartier est une frontière bien gardé par des milices marchandes et le corps d’armée de la théocratie. C’est un quartier d’habitation pour les marins de passage et les marchands peu connus. C’est un endroit où il est possible d’obtenir à bas prix des reliquats de marchandises, des déstockages ou des drogues de basses qualités. On peut également y faire de bonne affaires en rachetant des marchandises volées, ou pour chercher un rafiot et quitter Triges pour le Rexcan.

Quong

Ce quartier était le quartier des résidences de la cité de Triges. C’était un beau quartier taillé à même la roche avec des dessins artistiques complexes vieux de plusieurs centaine d’années. La peste a ravagé les habitations qui n’étaient pas troglodytiques, fait fuir tout le monde. Ce quartier n’est plus fréquenté que par les rats. On dit qu’ils s’y terrent de nombreuses richesses.

Université de Len Nam

C’est le premier quartier qui a été touché par la peste. Comme foudroyés, tous les étudiants ont péris. On raconte que c’est par le feu que de nombreux jeunes Trigesiens sont morts, emprisonnés dans les écoles barricadées. Les habitants du quartier administratifs, et parfois même les badauds des ruelles de Soubrac, entendent les lamentations des étudiants qui appellent encore au secours. Ce quartier est interdit, et particulièrement surveillé. Pour y entrer, il est préférable de passer par le Nueng.

Le Nueng

Ensemble de couloirs sans lumières ou la noirceur des desseins croisent le chemin des âmes malades. Ces souterrains sont réputés atteindre les mondes souterrains.

Les factions armées

Les Moines Sang
Ces soldats d’élites appartiennent tous à la race des hommes-bêtes, rhinocéros, panthère et crocodiles. Ils sont versés dans l’art du combat à mains nues et manient des armes orientales à la perfection. Ils possèdent tous une régénération qui a donné le nom à leur  groupe. Ils sont au service du ministre de la guerre Urfan Degara

La milice Tchan
Ancien soldat de la théocratie de Len, garant de l’ordre et protecteurs du quartier diplomatique de Triges. Tchan était le nom de leur commandant. Ces soldats furent les premiers à être touché par le mal qui a foudroyé la cité. Plusieurs chevaliers sont morts dont le commandant. Samouraï dans l’âme, il reste peu de chevalier. Ces derniers sont maintenant employés en tant que garde du quartier Soubrac, sous les ordres de Ming lo, le Samurai rackshasa.

Les cahoteux
Petite faction armée composée d’anciens marins, d’estropiés au chômage, et de reclus (elfes, orques, demi-humains,…). Ces derniers servent souvent à la surveillance du port, ou de quelques soirées privées. Leur chef se nomme Herzul

Le consortium
Milice administrative armée au service de la théocratie de Len. Il supervise l’arrivée et le départ des navires sous l’œil vigilant du quartier administratif et du théocrate Quang Aminh. La responsabilité des petites marchandises incombe aux guildes marchandes ; elles ne sont pas visées et sont signées rapidement. Le responsable du consortium est Locheng Aminh, petit fils et bras droit de Quang Aminh.

Les milices de guilde
Composé de 5 à plusieurs dizaines d’individus, ces milices composent la ville de Triges. Ce sont ceux qui consomment le plus dans les tavernes, après les marins eux-mêmes. Ils ne se respectent pas trop entre eux, mais ont tout de même un code d’honneur. Il crache la plupart du temps sur la théocratie mais évite de le faire face aux Tchan. Attention, ce sont bien les milices qui font la loi dans les ruelles de Triges. Les milices de marchands et guildes sont beaucoup plus nombreuses que toutes les factions armées théocrates présentes.

Le cercle des vifs
C’est la plus grande guilde de roublard de la théocratie, mais elle n’a pas beaucoup d’emprise ici. Elle tient cependant un petit comptoir respecté par les autres guildes, et tenu par un demi-ogre du nom de Han Bu.