Ce livre écrit par Teril Pas de L'Ombre nous a été livré par le théocrate Oslo Orin Minh lors de sa visite à Ô Profonde.

Ce livre nous indique le chemin pour attendre la « salle au trésor » des Kreuls sous Ô Profonde. Notre quête de l'amulette de Rôju nous pousse à suivre cette voie. Tous les agents extérieurs nous aident dans ce sens mais quoiqu'on en dise, il semble que nous ne nous sentions pas encore près pour une telle quête. Nous nous efforçons certainement de préparer la suite car on sens bien que les grands acteurs attendent ce moment précis pour entrer en jeu.

Pourquoi Fetrath nous aurait-il livré aussi facilement une telle source d'information pour la quête ? La solution est parmi nous à n'en pas douter. Il manque des éléments à Fetrath et ses alliés pour réunir les éléments et s'aventurer sur le sentier des pirates. La question se pose alors, la version qui nous a été livré est-elle l'originale complète ou incomplète ou bien encore un faux suffisamment riche en informations pour nous permettre de débloquer l'énigme. Nous pouvons toujours analyser le livre par les meilleurs experts du Rexcan mais je doute qu'ils trouvent quoi que ce soit.

le Trèfle laconique

Rappelons nous que le théocrate nous avait laissé son garde personnel, un certain Leskin. Ce ténébreux très agréable de surcroît nous avait quitté en de bien étranges circonstances lors de notre visite des souterrains de Port-Arsenal. La petite histoire montre qu'avant d'être le garde du corps du théocrate, ce cher Leskin était le compagnon du meilleur ami de Taah, le Trèfle laconique. Celui-là même qui apparaît dans le « Veritas Compendium ». Il aurait été tué par Teril, aurait été à l'origine de la mort d'un ce ses trois disciple, non nommé, ce qui aurait entrainé la haine de ces deux autres disciples, qui sont autre que Dame Valéria, directrice des messagers de la croisée et Hérault de la dame des douleurs de Sigil et Dame Dalsonia qui aurait pu devenir impératrice du Rexcan si il n'était pas déjà marié et si elle n'était pas amoureuse d'Hortanc... C'est aussi la rivale des ombres de Tulnik Ultokar sous son doux nom de Zéphir.
Pour en finir avec Trèfle Laconique, c'était le dépositaire d'un des artefacts les plus puissant de ce monde, le mortier de Razal.

Sans vouloir piquer au vif qui que ce soit, je soupçonne un certain Taah d'être de mèche avec ce Trèfle. Je m'explique, comment ce fait-il qu'un être qui détient certainement une des clés du mystère qui nous tient à cœur depuis de nombreuses années aurait été laissé au bon soin de notre candide Jonquille avec comme unique consigne de notre suscité Taah la main lourde «  Laisse courir ce bon à rien, j'ai discuté avec lui de longues heures mais je puis assurer sur ma vie qu'il ne sait rien, fais le boire un dernier verre et puis... Laisse le Styx emporter ses alluvions, mon Ami ». Taah ce jour là a eu un charisme certain. Ces yeux étaient plus noirs que jamais, le fiel filtrait par tous ces pores et son nez, mon dieux son nez en « S » qui palpitait sous les échos de ma terreur qui filtraient bien malgré moi. Je m'en souviendrai toute ma vie. Mais tel n'est pas notre sujet du moment. Le Trèfle nous a quitté à Carcik, ville dans laquelle nous reviendrons à n'en pas douté.